Les farines : quelle farine pour quel usage ?

La farine est un ingrédient de base de notre alimentation, on l’utilise énormément au quotidien, que ce soit en pâtisserie ou en cuisine. Il existe une grande variété de farines mais toutes ne sont pas dédiées aux mêmes usages. En effet, la composition et la qualité de la farine sont des éléments essentiels à la réussite de nos préparations. Choisir la bonne farine, c’est mettre toutes les chances de son côté pour réussir une recette. Je vous propose donc aujourd’hui de vous faire une synthèse des principales farines et de leurs usages.

Mais commençons par le commencement : le blé. On distingue deux types de blé : le blé tendre et le blé dur. Le blé dur est utilisé entier ou plus ou moins concassé pour faire de la semoule, du boulgour, des grains, des pâtes de toutes sortes. Le blé tendre (froment) sert quant à lui à produire de la farine. Les éléments importants à considérer quand on choisit une farine sont la proportion de gluten et de son. Pour mieux comprendre, je vous explique rapidement quel est leur rôle dans la composition de la farine.

Le son : ce qu’on appelle le son c’est en fait l’enveloppe du grain de blé. Vous avez sans doute remarqué que l’on classe les types de farine avec un indice placé derrière un T (par exemple T45). Cet indice indique le degré de raffinage de la farine et donne une indication sur la proportion de son contenu dans la farine. Plus le chiffre est faible, plus la farine est raffinée (c’est-à-dire que l’on ne trouve quasiment plus aucune trace de son). A l’inverse, plus le chiffre est élevé et plus la farine est dite « complète », c’est-à-dire qu’elle contient une bonne partie de son.

Le gluten : le gluten est composé de 2 protéines insolubles présentes dans le blé. Quand on va travailler la farine, ces protéines vont lui donner des propriétés visco-élastiques qui vont permettre de travailler la pâte avec souplesse. Elles vont également lui donner une « force » particulière pour bien lever (c’est pour cela que l’on dit d’une farine riche en gluten que c’est une farine « de force »). Le gluten a en effet une très grande importance dans le processus de panification, c’est ce réseau élastique et extensible qui va retenir les bulles de dioxyde de carbone des levures et c’est ce phénomène qui provoque la levée de la pâte et l’aération de la mie. Les farines qui possèdent un faible indice derrière le T (< T55) sont riches en gluten.

Quand on prend conscience du rôle de ces deux composants de la farine, on imagine bien qu’on ne peut pas obtenir un bon résultat si on utilise la mauvaise farine !

IMG_6474-V3

Tout d’abord il y a les farines dites blanches (à faible teneur en son). Ce sont les farines T00, T45 et T55.

La farine T00 est une farine italienne utilisée entre autre pour les pâtes à pizza ou la boulange. Ce type de farine possède une valeur boulangère bien supérieure à la farine française. C’est ce qu’on appelle une « farine de force », très riche en gluten. On trouve des farines de type 00 dans les épiceries italiennes ou encore pendant les semaines italiennes proposées dans les hypermarchés (c’est le cas chez Intermarché où je fais le plein régulièrement). Si vous n’arrivez pas à trouver de la farine type 00, choisissez une farine T45, c’est la version française qui s’en rapproche le plus.

Usages: pain, pizza, brioches et viennoiseries.

La farine T45 : C’est également une farine « de force » que l’on utilise généralement pour toutes les préparations qui nécessitent d’obtenir une pâte élastique ou une pâte levée. C’est la plus commune et c’est une valeur sûre car elle peut convenir pour un peu toutes les préparations. D’ailleurs, la mention « tout usage » est très souvent indiquée sur les emballages de ces farines.

Usages : pâte à choux, pain, pizza, brioche, feuilletés, crêpes, viennoiseries, gâteaux très fins (types financiers), sauces, crèmes …

La farine T55 : C’est une farine dite « faible » (à l’inverse de farine « de force »), on l’utilise quand on souhaite obtenir des pâtes peu élastiques, notamment pour les pâtes à tarte (pâtes brisées, sablées, sucrées …). L’utilisation d’une farine T55 limite les risques d’avoir une pâte qui se rétracte à la cuisson.

Usages : tartes, gâteaux, pain blanc

La farine T65 – T80 : ce sont des farines dite « bises » (ou semi-complètes), c’est-à-dire qu’elles contiennent une bonne partie des éléments nutritifs du grain de blé. Ces farines sont très intéressantes car elles sont riches en nutriments. Elles apportent une couleur et un goût rustique (notamment pour le pain). Par contre, ce sont des farines qui ont du mal à lever et donnent des préparations plutôt compactes (mie serrée pour le pain par exemple).

Usages : pain (de campagne, tradition), les gâteaux et pâtes à tartes rustiques.

Les farines T110 et T150 : La farine T110 (farine complète) et T150 (farine intégrale) sont également utilisées pour les pains ou gâteaux rustiques. Avec une farine T110 on obtient du pain complet et avec de la T150 du pain au son.

Si vous utilisez des farines complètes ou semi-complètes, il est fortement conseillé d’utiliser de la farine bio pour éviter de retrouver des traces de pesticides contenus dans les germes de blé.

Usages : pain et gâteaux rustiques

J’espère que cet article vous aura été utile et vous aidera à l’avenir à bien choisir la farine qui convient pour vos recettes 😉

IMG_6473-V3

Publicités

4 réflexions sur “Les farines : quelle farine pour quel usage ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s